Virginia

Premier jet, première pierre posée en solo. Une nouvelle voie folk. Une épure, guitare chant, des ballades, des berceuses, des complaintes, des envolées…

Virginia ouvre le bal, retour aux sources, aux enjeux simples : jouer, chanter, devenir une passeuse.

J’aime l’apaisement intense d’une chanson, cet espace précis où tout se concentre. 3mn30  pour clamer une vie, un amour, une absence.

Pour accueillir ce monde, il me fallait créer un espace physique, un paysage visuel en réponse à mes paysages sonores. Chaque concert se joue au cœur d’un paysage sur  toiles tendues ou encore projeté. Un chemin, un foisonnement végétal, une terre enneigée, ou brûlée, une vision oxydée, surexposée.

C’est une rêverie, un lieu symbolique d’où la parole est possible.

Ici je m’y livre, je m’y délivre, j’y fais mes armes et mes rituels.

Ici ma voix s’anime, et invite quiconque à la suivre.

Partager : facebooktwittergoogle plus
pinterest