Guillaume Toumanian, de l’autre côté du miroir

Guillaume Toumanian. Huile sur toile.Diptyque Bords de route,  détail.

Guillaume Toumanian.
Huile sur toile. Diptyque Bords de route, détail.

La peinture ne prend forme et effet que par sa présence. Raconter est anecdotique. Peindre n’est pas anodin, car il s’agit de faire surgir un autre monde, un autre possible. Peindre s’est convoquer, invoquer, ordonner, défaire.

Je n’avais pas ressenti la présence physique d’un tableau depuis longtemps, et la rencontre avec le travail de Guillaume a immédiatement fait ressurgir en moi la jubilation d’être face à une toile.

Pas d’artifices, pas de séduction hâtive. Sa peinture  cherche, fouille nos mémoires, joue avec ce que nous connaissons du réel. Dans chacune de ses toiles apparaissent des fragments familiers: un arbre, une forêt, un homme, un enfant. Mais rien n’y semble définitif, comme prêt à disparaître. Des lieux éminemment fantomatiques, voguant sur l’autre rive, et pourtant extrêmement  incarnés : coulures, glacis, trouées jusqu’au grain de la toile, agitation de la touche.

Guillaume Toumanian peint ses paysages tels des corps. Ses portraits mettent en scène des êtres  en prise avec la matière, avec  la mémoire. Des couleurs crépusculaires suspendent le temps, aube ou point du jour, flamboiement où  tout peut s’embraser en un battement de cils.

La musique est du même ordre, celui de l’impalpable et de l’incarnation. Histoire intérieure, la peinture se fait l’écho de la  musique, la  traversée du miroir.

Découvrez l’œuvre de Guillaume Toumanian sur:  www.guillaume-toumanian.com

 

Guillaume Toumanian. Huile sur toile. Ciel 1

Guillaume Toumanian.
Huile sur toile. Ciel 1

Guillaume  Toumanian. Huile sur toile. Incendie 2.

Guillaume Toumanian.
Huile sur toile. Incendie 2.

 

Partager : facebooktwittergoogle plus
pinterest

Musique vs Matière

Des briques, des murs de chaux, le sol en ciment coulé dans les allées  des piliers métalliques: une scène, des amplis… Un espace brut pour un propos plus électrique. Une variation autour d’Inner Story, avec Bruno (guitare électrique) à mes côtés et le soutien sans faille de Gaëlle et de Guillaume. L’espace du H9 est saisissant, évoquant les vestiges d’une période  industrielle, c’est aussi l’antre du peintre qu’est Guillaume  Toumanian et de Gaëlle Hamalian-Testud photographe.

Emplir cette espace, l’habiter, m’en emparer, le ravir et l’offrir de nouveau, l’ouvrir de nouveau.

Des nappes, des arpèges, accords plaqués de l’ Epiphone saturée, brillance de la folk. Une voix, des voies, un chant… La peinture de Guillaume, une autre voie parallèle.

Tel sera le nouvel écrin d’Inner Story  le 24 mai.

Rendez-vous le 24 mai au H9, impasse Maubourguet à Bordeaux, à 21heure (entrée libre). Indiquez votre venue, merci.

Partager : facebooktwittergoogle plus
pinterest

Concert du 16 février

Une manière de refaire le voyage est d’écouter ces quatre titres joués lors du concert du 16 février 2013 chez Nathalie Valade.

Dessous l’orage

Easy come easy go

Softly sigh

As tears go by

 

Partager : facebooktwittergoogle plus
pinterest